Pas de Pays Sans Paysans - Mathieu Douzenel
        
Pas de Pays Sans Paysans
L’agriculture est-elle ce que l’on en voit ?

Confrontation entre la préservation de l’élément naturel et l’expansion pathogène de l’élément synthétique.
Je pointe la transformation de la nature par l’homme, l’impact d’une certaine forme d’agriculture sur le paysage, l’inscription des hommes de la terre dans la terre, appropriation et soumission.

Dans ses fonctions productivistes, l’agriculture moderne ne considère pas l’environnement et le beau comme des vertus cardinales. Les lois économiques (l’exigence des prix et des productions standardisées) vont au contraire accélérer la dégradation des paysages (suppression des haies et des bosquets, recalibrage des chemins, implantation de bâtiments industriels très grands, utilisation massive de plastique…). Les choix compétitifs uniformisent les paysages vers la laideur de l’efficacité comptable.


Top